RECHERCHER SUR LA POINTE :

Plutôt vomir que faillir ©DR

Plutôt vomir que faillir

Émois

Théâtre National.

En entrant dans la salle, je n’attends rien. J’attends encore moins que se rejoue devant moi un Carte noire nommée désir bis (la précédente création de la metteuse en scène). Si c’était le cas, ça ôterait à cette création exceptionnelle un peu de sa puissance et de son éclat magistral. Non, je n’attends pas que l’artiste s’imite elle-même.

Ma seule certitude est que je suis prête à recevoir et ouverte à ce qui me sera proposé. Et avec Rébecca Chaillon, il vaudrait mieux.
Sur scène, quatre personnes vêtues de strass et couleurs vives bordent une assiette gigantesque qui trône en plein milieu du plateau. Quatre corps expressifs peinent à se calibrer aux injonctions d’un haut-parleur. Une sonnerie ponctue le temps.

À jardin, des fours à micro-ondes superposés forment une sorte de commode électro géante; à cour, le dispositif d’une cantine qui nous rappelle les repas chauds à l’école: les chicons amers, la fadeur des haricots verts, les yaourts saveur fraise ou vanille.

Plutôt vomir que faillir ©DR

Assez vite, les fluides s’invitent, les corps giclent: du pipi, du vomi. Ça ingurgite à se gaver, ça régurgite de trop plein. Comme les liquides, les mots coulent et réactivent les souvenirs de l’âge ingrat. Aux bruits gutturaux, à la mécanique des corps, se mêlent des bouts d’histoires. Sexualité, famille, coming-out, genre, première fois, premières règles, religions…

Dans cette partition co-écrite, aux contours modulables, la pop culture croise sur scène la littéraire. One piece rencontre Jean Genet et Camelia Jordana cotoie Duras; on danse sous la lune sur des rythmes afro beats.

Rébecca Chaillon, c’est la promesse de l’outrance intelligente.

L’accent d’un père étranger se mêle aux voix silencieuses des échanges virtuels sur des écrans bruyants. L’adolescence est convoquée pour mieux être expiée, expulsée par les boutons qui suintent, les poils qui poussent trop longs, les mots et la violence restés au fond de la gorge. Comment faire la paix avec toutes ces tempêtes?

Rébecca Chaillon, c’est la promesse de l’outrance intelligente: tout est trop, grandement et positivement trop, généreux. Elle joue et convoque tous les mondes, la télé, ses jeux et ses animés, elle fait des histoires de ce qu’on ne raconterait pas.
Sa mise en scène est une fête aux frontières poreuses, un espace d’imaginaires sans limites qui taquinent, titillent, questionnent. Rébecca Chaillon va jusqu’au bout du de la performance et du décloisonnement.

©DR

La surenchère du grotesque est parfois insupportable, peu ragoûtante mais jamais gratuite. Sa fonction: briser les carcans du corps, le libérer, comme on brise les codes. C’est souvent jouissif, on rit, on veut en être. Le spectacle s’adresse à chacun.e et en ça, elle refait du théâtre quelque chose de grandiosement populaire et de copieusement incroyable. C’est une metteuse en scène géniale, si pas l’une des meilleures, parce que son audace n’a d’égale que sa créativité; parce qu’avec elle, la scène n’est pas un espace sacro-saint. On peut le réinventer, le transpercer, le manipuler, le malmener; il est organique. Son univers semble sortir de terre comme le fruit d’une séance de brainstorming fructueuse dont on n’aurait rien jeté… ou presque rien.

©DR


C’est en s’amusant, en explorant les recoins et en fouillant les possibles qu’elle crée des objets si singuliers, puissants d’authenticité. C’est en abolissant la honte des références à soi qu’elle peut parler à tout le monde.
Parler d’adolescence, parler aux adolescent.es, c’est fragile et périlleux mais avec son équipe qui offre une magnifique performance entre jeu et improvisation, elle s’y risque en alliant avec brio le rire et la poésie.
Paradoxalement, la crudité me semble parfois être, chez elle, une forme de masque: exagérer ce qu’on a du mal à dire, utiliser l’outrance comme arme pour s’attaquer au sensible. C’est avec une certaine maîtrise du loufoque intelligent qu’elle va chercher quelque chose, comme les vérités intimes contenues au fond de nos tripes.

___

Plutôt vomir que faillir, de Rebecca Chaillon. Du 19 au 23 mars 2024 au Théâtre National.


Vous aimerez aussi

Spectacle: DISCOFOOT , Chorégraphie: Petter Jacobsson et Thomas Caley. Avec les 24 danseurs du CCN – Ballet de Lorraine, un arbitre et trois juges artistiques DJ: Ben Unzip, Dans le cadre du Festival Montpellier Danse, Lieu: Place de la Comédie, Montpellier , le 30/06/2024

Discofoot, Roller Derviches et leçons tout public

Au large