RECHERCHER SUR LA POINTE :

Chroniques de l'échec milite pour le droit à l’abandon, à la procrastination, au ratage, à la lose et à la déprime.
épisode 3/4
3/4
Mickey Boccar ©Benjamin Palmero.

L'échec vu du public

En chantier

épisode 3/4

La plupart des personnes que j’ai rencontrées durant mon enquête sur l’échec en art accordent une grande importance à la réception de leur œuvre. Mickey Boccar, comédien, me raconte: «On fait quand même les choses pour qu’elles soient validées par les gens. Enfin moi en tout cas. C’est un échec si les gens sortent en n’ayant rien compris, rien ressenti…» Eno Krojanker relate quelque chose de similaire. Le pire, pour lui, c’est de provoquer l’indifférence des spectateurices. Il préfère que les gens «sortent en haïssant le spectacle. Si tu trouves ça horrible, tu trouves ça nul, au moins tu ressens quelque chose et c’est déjà pas mal, tu te positionnes, c’est intéressant.»

Le regard du public comme révélateur

Parfois, en tant qu’artiste, on se rend compte de ses échecs seulement au moment des commentaires. Mickey Boccar et Mathilde Geslin ont écrit et mis en scène un spectacle à la sortie de leur école de théâtre. À l’époque, leur objectif était de se marrer avec l’équipe et d’amuser le public: «On n’avait jamais pensé à ce que ça pouvait raconter aux autres.» Dès la première représentation, leur pièce est critiquée par rapport à la représentation des femmes. Certain·e·s vont jusqu’à la juger «misogygne». «Et pour moi, à partir de ce moment-là, c’était ratédit Mathilde. Mickey, lui, me dit qu’il n’était pas capable d’entendre tout de suite les critiques mais que «maintenant [il est] d’accord avec ça, ça [l]’a politisé.» L’une comme l’autre voient rétrospectivement la pièce comme un échec dans ce qu’elle raconte, mais une réussite dans l’expérience qu’elle leur a apporté et les relations qui se sont tissées avec l’équipe. 

Coralie Vanderlinden pense même que le regard des spectateurices devrait toujours faire partie du processus de création. Elle pratique les «bancs d’essai»: tester le spectacle avant qu’il ne soit finalisé sur un public qui a l’occasion d’exprimer son ressenti. C’est ce qui lui manque dans le théâtre pour adultes, où les bancs d’essai sont plus marginaux qu’en jeune public. «C’est vachement plus casse-gueule», me dit-elle.

Coralie Vanderlinden ©DR.

Le succès public est-il absolu?

Cependant, les retours positifs ne suffisent pas à considérer un spectacle comme un succès. Stéphanie Goemaere, comédienne: «Je suis pas sûre que c’est un gage de réussite de plaire au public. Si tu réussis à faire exactement ce que toi, tu voulais, ça peut être une réussite extrême même si ça ne plaît pas.» Marion Levesque confirme: elle joue dans le spectacle Contes et légendes de Joël Pommerat, un spectacle qui «répond à la définition même du succès: les critiques sont positives, les spectateurices disent que c’est extraordinaire, on a une longue tournée prévue.» Pourtant, lors d’une rencontre d’après spectacle, le metteur en scène exprime un sentiment d’insatisfaction suite à la question d’un spectateur. «Comme on a beaucoup pensé, réfléchi, travaillé, lu, j’ai eu une très très grande intuition des niveaux de réflexion auxquels on pourrait essayer d’aboutir […] Aujourd’hui, j’ai l’impression que c’est pas tout à fait ce qui s’est passé. Je n’ai pas réussi à trouver [l’]espace qui allait nous emmener vers de l’imaginaire, de la réflexion, de la problématisation […], qui allait enclencher à la fois de l’émotion mais de la pensée de manière forte. J’y suis pas arrivé.»[1][1] Issu d’une rencontre au Théâtre des Amandiers à Nanterre On peut donc être partiellement insatisfait·e de grands succès publics.


[1] Issu d’une rencontre au Théâtre des Amandiers à Nanterre.


Dans la même série

Vous aimerez aussi