RECHERCHER SUR LA POINTE :

Sylvie Somen ©Prunelle Rullens.

Accompagner plutôt que programmer

Grand Angle

Depuis juin 2020, les nouvelles directions se succèdent à la tête des théâtres bruxellois: nomination en juin 2020 de Cathy Min Jung au Rideau de Bruxelles et de Léa Drouet à l’Atelier 210, d’Isabelle Bats et de Mathias Varenne à la Balsamine, de Coline Struyf au Varia ou encore, tout récemment, du collectif Ravie pour diriger le Théâtre de la Vie.

Bruits de couloir, rêves d’alternatives, ambitions personnelles, tensions et soutiens… L’occasion pour La Pointe d’entamer une série d’articles et d’entretiens sur les institutions bruxelloises. Pour réfléchir au devenir de ces dernières, on explore le passé de ces institutions, on rencontre ses anciens directeurs et directrices et on s’intéresse aux projets de jeunes et moins jeunes artistes qui, aujourd’hui rêvent à leur tour de nouveaux espaces pour l’art et la culture.  

La Pointe a ainsi eu le plaisir de s’entretenir [en 2021, soit avant de savoir qui allait être choisi comme nouveau directeur·ice] avec Sylvie Somen qui a tissé l’ensemble de sa carrière au Varia. Présente dès la fondation du lieu en 1988, elle en a quitté aujourd’hui la direction artistique, en lançant, pour assurer sa succession, un «appel à projet». C’est une position d’accompagnement et d’accueil que Sylvie Somen a développée dans son travail de directrice plutôt que celle de programmatrice. Rarement sous les feux des projecteurs, elle ne s’est exprimée qu’occasionnellement dans les médias. C’est lors des représentations qu’on peut le plus souvent la croiser et informellement échanger sur les spectacles.

Un autre contexte

Dans les années 1970-1980, ce sont les jeunes acteurs et metteurs en scène rassemblés au sein du mouvement dit du jeune théâtre qui animent la vie théâtrale bruxelloise. Fondant de nouvelles compagnies, investissant de nouveaux lieux, ils explorent de nouvelles esthétiques inspirées d’Artaud, de Grotowski ou encore de Brecht. C’est dans ce contexte effervescent que Marcel Delval et Philippe Sireuil (avec leurs compagnies respectives Groupe Animation Théâtre et Théâtre du Crépuscule) se sont rencontrés, tous deux travaillant alors dans l’espace d’un ancien cinéma, le ciné Rio.  

«Aujourd’hui, ce sont des collectifs, des duos, voire des trios, qui proposent d’autres manières de travailler.»

Quand ils perdent cet espace, Sireuil et Delval cherchent un nouveau lieu pour accueillir leurs créations et découvrent le Varia, qui est alors à louer. Avec eux, Sylvie Somen, qui travaille depuis peu en tant que secrétaire de Delval, se passionne pour ce projet:

«J’avais très envie de m’investir dans ce projet du Varia et en faire un lieu professionnel me passionnait. Je me suis très bien entendue avec Philippe, alors qu’il avait une réputation de tous les diables. J’ai très rapidement pu être salariée, ce qui était assez exceptionnel. Le niveau de vie d’alors n’avait rien à voir avec aujourd’hui, on vivait très bien du chômage, et les loyers étaient très bas, on pouvait manger pour l’équivalent d’un ou deux euros. C’est très difficilement comparable à aujourd’hui. Avoir un salaire était donc très confortable.

À l’époque, la figure du metteur en scène prévalait.

Pour avoir une vie artistique constante et habiter le lieu, Marcel et Philippe sont allés chercher un troisième partenaire: Michel Dezoteux, qui dirigeait le Théâtre Elémentaire. C’est ainsi que le «triumvaria» est né et que ce trio artistique allait coordonner ce lieu. À l’époque, juste après ce qu’on a appelé «la mouvance des jeunes compagnies», la figure du metteur en scène prévalait: tout se constituait autour d’elle. Les femmes n’étaient pas nombreuses, il y en avait deux: Martine Wijckaert et Isabelle Pousseur. Paradoxalement, le fait de créer un lieu constitué par des compagnies a tué les compagnies, le fonctionnement l’emportant désormais sur l’artistique.»

Aujourd’hui, ce sont des collectifs, des duos, voire des trios, qui proposent d’autres manières de travailler, un modèle que certains développaient déjà il y a une quarantaine d’années:

«Au Théâtre du Crépuscule, tout le monde était payé au même salaire. Ainsi, je recevais la même rémunération que des acteurs et actrices qui étaient plus âgé·es que moi. Ça pouvait être assez perturbant mais ça m’a aussi beaucoup boostée.

À ce moment-là, il n’y avait pas vraiment de fonction de direction; elle est venue plus tard. Mon premier contrat, je me le suis fait à moi-même: “Sylvie Somen engage Sylvie Somen…”.

Quand la question de la direction du Varia s’est posée, ça a été tout une histoire. Philippe Sireuil faisait jusque-là office de directeur: il en assumait les charges mais n’en avait pas le titre, et il n’avait pas les mains libres, il y avait toujours des discussions. Or ce qui prévalait alors pour l’image d’un théâtre, c’était son directeur, et il semblait important d’en nommer un. Michel Dezoteux ne voulait pas être metteur en scène associé actant sous la coupe d’un autre directeur (il venait d’en vivre l’expérience à la Maison de la Culture de Grenoble et en connaissait les revers). C’est lui qu’on a choisi pour devenir directeur, et moi je devenais codirectrice avec lui; c’était une manière de répondre à cette nécessité de direction qui était dans l’air du temps.

C’était la fin de quelque chose de collectif, ce qui me plaisait – j’ai toujours aimé qu’on parle du ‘Varia’ au sens large, car finalement il s’agit d’une équipe – pour aller vers des directions très singulières: une personne l’emporte et imprime son image sur l’ensemble. Il en va d’ailleurs toujours ainsi et c’est dommage. C’est quelque chose à quoi il faudrait réfléchir à l’heure du renouvellement de certaines directions, dont celle du Varia. (…) Que faut-il retenir et revoir du passé dans le passage de main à une nouvelle direction?

Cela dit, je dois reconnaître qu’avec Michel Dezoteux, quelque chose d’un esprit de collectif a quand même perduré, et qui est lié à sa volonté d’homme de compagnie, et quand, en 2013, j’ai été nommée directrice, j’ai essayé de le préserver autant que possible.

Quand la question de la direction du Varia s’est posée, ça a été tout une histoire. Ce qui prévalait alors pour l’image d’un théâtre, c’était son directeur.

Le Varia a été fondé par plusieurs personnes dans un esprit à la fois de partage et d’union qui fait la force. Son histoire aurait été tout autre si l’un avait régné sur les autres. J’ai continué à faire en sorte que lorsque les artistes sont en création dans nos murs, ils se sentent libres et chez eux. Je pense que c’est cela qu’ils ressentent et nous reconnaissent. Je ne connais pas le fonctionnement des autres théâtres et chacun a son histoire; celle du Varia est liée à une certaine constance dans cet esprit de fondation, dont je suis aujourd’hui le dernier maillon.

Le Varia se trouve maintenant à un tournant et il est libéré de son histoire de fondation. J’ai travaillé pour qu’il en soit ainsi. Je fais confiance au CA et au conseil d’expert·es qu’on a mis en place pour trouver les héritiers ou héritières à la hauteur des nouveaux enjeux à défendre. Le contexte actuel oblige à reposer les fondements d’un tas de choses, je dirais même d’un modèle de société. Ce que je déplore, c’est le rapprochement toujours plus grand avec le monde politique; il est important de garder une certaine distance, une liberté, une force d’opposition. Ce rapprochement sert le politique, mais peu le secteur culturel. Je ne vois toujours pas une vision de politique culturelle se dégager à long terme, juste des réactions pour répondre à des situations du moment. Par ailleurs, il est criant que ceux qui ont le plus de financement soient ceux qui sont au plus près de l’appareil politique, en tout cas du côté francophone. Comment ne pas le remarquer? L’écart est grand aujourd’hui entre les grands et les petits, et au milieu, il y a les entre-deux dont fait partie le Varia. On devrait créer la classe moyenne dans la hiérarchisation financière des théâtres.

C’est un bel héritage pour moi de vivre ce moment de transmission.

C’est un bel héritage pour moi, une belle reconnaissance, de vivre ce moment de transmission. Le retrait n’est pas quelque chose de facile, mais le Varia ne m’appartient pas, j’ai toujours eu cette conscience-là.

Ne jamais confondre le bien public avec le bien privé. Et c’est tout cela que j’aimerais transmettre à la nouvelle direction, cette lucidité-là. Ce sont des métiers où on peut facilement se monter la tête, se mettre à pavoiser, devenir égocentré.

Ce qui est très compliqué dans la direction, ce sont les ressources humaines, lier les équipes à l’acte artistique, unir la vie du jour à la vie du soir, combiner les artistes qui ne sont que de passage avec la permanence des équipes. Certains métiers qui étaient des ‘intermédiaires’ sont devenus des métiers à part entière. Beaucoup, qui n’existaient pas avant, sont entrés dans le théâtre. La publicité, la communication via internet, les réseaux sociaux, les images vidéo, la médiation culturelle, etc., sans compter le nombre de dossiers administratifs qu’il faut rendre. Les théâtres ne sont pas à l’abri d’une bureaucratisation. On parle aujourd’hui beaucoup de bien-être, mais il ne concerne que les bureaux et ne regarde jamais du côté de la scène. Le travail de l’ombre peut engendrer bien des frustrations.

Ce sont les artistes qui sont au premier plan dans un théâtre et ce sont eux qui doivent le rester.  C’est eux que le public vient voir.

Pour moi, la fonction est un résultat, je ne suis pas ma fonction. C’est aussi pour cela que j’aime tellement le théâtre, il me permet de rester moi-même, surtout la nuit (rires). Le théâtre commence en début de soirée, et les artistes en sortant de scène aiment déborder dans la nuit. La nuit, on est libéré des contraintes. On peut se rencontrer, on peut se raconter plus facilement. On peut prendre le temps de parler. C’est triste un théâtre qui ferme ses portes une fois la représentation terminée… Il perd le sel de sa raison d’être. Il est à la fois un lieu travail, et un lieu de vie».

Voir le site du nouveau Théâtre Varia, dirigé aujourd’hui par Coline Struyf.


Vous aimerez aussi